INSTITUT INTERNATIONAL D'HYPNOSE, centre de formation professionnelle et certifiante à l’hypnose et à l’hypnothérapie - Casablanca, Royaume du Maroc.

Formations certifiantes en hypnose  - Formations certifiantes en hypnothérapie - Masters classes hypnose - Cours de spécialisation à l’hypnothérapie.

  • Santé HypnoseSanté Hypnose
  • Institut Français d'hypnose EricksonienneInstitut Français d'hypnose Ericksonienne
  • Hypnose humanisteHypnose humaniste
L'hypnose Classique

L'hypnose Classique

Comment apprendre à hypnotiser - Institut International d'Hypnose

L'hypnose Classique - Institut International d'Hypnose

Module IV de la formation Praticien Professionnel en Hypnose, année 1.

L'hypnose Classique

Lors de cette semaine de formation, les élèves stagiaires découvrent la pratique de l'hypnose Classique. Cette forme de pratiquer l'hypnose se sert de test pour convaincre le sujet de la réalité de l'état hypnotique. Les suggestions sont directes, au présente et le ton est impératif. C'est à partir de là, que les élèves apprendront à peaufiner ses outils pour glisser progressivement vers une pratique de l'hypnose davantage permissive.

Les suggestions en Hypnose Classique 

Avant votre intervention

  1. Expliquer ce qu’est l’hypnose et ses bénéfices.
  2. Expliquer que l’ état d’hypnose est un état naturel. 
  3. Dites qu’il faut juste un cerveau pour pouvoir en faire afin de contrer toute forme de résistance.
  4. Expliquez qu’Hypnose et Magnétisme sont deux choses complètement différentes.
  5. Informez : l’Hypnose n’est pas une sorte de sommeil, vous gardez un peu de conscience quand vous faites de l’hypnose
  6. Expliquer qu’il est impossible de faire faire quelque chose à quelqu’un qui ne le souhaite pas, rassurez en expliquant que la personne gardera le contrôle profond de l’expérience et que rien qui ne lui déplaise  ne pourra être fait.
  7. Dites qu’il est impossible de rester coincé dans un état d’hypnose; au mieux ce sera une bonne sieste, et après c’est le bénéfice d’un moment pour soi.
  8. Rassurez, l’efficacité de l’Hypnose n’est pas liée à la profondeur.
  9. Expliquer que si la personne souhaite faire de l’hypnose, elle doit juste suivre vos recommandations et que rien ni personne ne pourra l’en empêcher.
  10. Concluez, l’hypnose est un état inoffensif et naturel.

Rassurez, accompagnez et expliquez que la personne s’apprête à découvrir un état agréable et bénéfique. 

Règles des suggestions

  1. Les suggestions sont formulées de façon précise et intelligible
  2. La voix est nette, forte, bien articulée et avec assurance. Evitez d’être désagréable ou brutal, préférez le modèle ferme et toujours à l’impératif.
  3. Effet annoncé d’avance, avec la certitude qu’il va se produire.
  4. Rassurez le sujet. Pour cela servez-vous des notions de sécurité, effet ponctuel, apprentissage profond.
  5. Les suggestions amènent l’effet progressivement, les expériences se font à la suite et crescendo.
  6. Répétez constamment les suggestions dans le but de saturer le conscient, maintenir l’attention du sujet jusqu’à l’obtention de l’effet.
  7. Les suggestions se font toujours en mode affirmatif, c’est-à-dire: il est là, il arrive, bientôt, il grandit. Evitez les formules comme les yeux vont se fermer (un jour peut-être) et privilégiez le modèle suivant: les paupières se ferment, de plus en plus, fermez!, complètement.

Les niveaux de transe

Selon Charcot, il existe 3 états :

  1. Catalepsie
  2. Léthargie
  3. Somnambulisme

Selon Bernheim, il existe 9 degrés :

  1. Somnolence, torpeur, engourdissement.
  2. Les yeux fermés, impossible de les ouvrir.
  3. Légère catalepsie que le sujet peut rompre s’il le décide.
  4. Le sujet ne peut pas changer l’attitude provoquée, par exemple: mise en place d’un fou rire et impossibilité de l’arrêter ou mise en place des mains tournantes et impossibilité de les arrêter.
  5. Contracture suggestive, si on ferme le poing du sujet il est dans l’impossibilité de l’ouvrir, ou encore rigidité d’un membre et impossibilité de le plier.
  6. Le sujet abandonné à lui même est inerte et passif… Mais sous l’influence de la suggestion il marche, il bouge, se déplace.
  7. Somnambulisme 1 : Avec amnésie au réveil. 
  8. Somnambulisme 2 : Sujet très suggestible aux illusions et hallucinations pendant le sommeil hypnotique.
  9. Somnambulisme: Avec amnésie au réveil et impossibilité de réaliser des suggestions post-hypnotiques.

Les tests de suggestibilité

Introduction aux exercices préliminaires

Les exercices préliminaires, souvent appelés « TESTS », visent à créer des phénomènes de persuasion qui cherchent à convaincre le sujet de la réalité de l’hypnose et de leur capacité à être hypnotisés. Il ne s’agit en aucune mesure d’un test d’hypnotisabilité.

Retenez : Certains sujets nécessitent de plus de temps, alors que d’autres iront plus rapidement en hypnose.

Les idées clés

  1. Vous parlez directement au sujet, le monde tout autour n’existe plus.
  2. Vous avez la conviction de réussir.
  3. Les phrases passent au présent, à l’impératif (aucunement au conditionnel), vous utiliserez le futur uniquement pour annoncer ou décrire l’effet à votre sujet.
  4. Vous devez voir mentalement la personne en train de réussir l’exercice.

Déroulement optimal des exercices

  1. Déséquilibres : avant, arrière, sur le côté…
  2. Contractures et inhibitions musculaires: mains serrées, paupières fermées, langue collée au palais…
  3. Perturbations du système nerveux central: amnésies, anesthésies, changement des perceptions…

Vous graduerez les exercices progressivement « crescendo », en vous servant des exercices à continuation !

Les Phénomènes hypnotiques

Ensemble de réactions idéomotrices ou idéo-sensorielles qui permettent de renforcer le lien entre le corps et l’esprit. Les phénomènes hypnotiques peuvent servir de métaphores physiques, dans le but développer des chaines d’associations d’idées, véritables leviers symboliques facilitant le changement.

Ainsi, une lévitation de la main peut devenir un symbole fort dans le cas d’une impuissance psychogène, une catalepsie se transforme en une métaphore aidant à la confiance en soi, une amnésie structurée peut devenir l’évidence des capacités de notre esprit à oublier sélectivement un événement ou une sensation, un mouvement involontaire peut devenir langage et se transformer en « oui », en « non » ou en « je ne sais pas » (c’est le cas du signaling idéomoteur), etc. ». 

Retenez : Les analgésies, tout comme les anesthésies font partie des phénomènes hypnotiques les plus courants et faciles à produire.

Soyez futé et cohérent !

  • Pour provoquer la lévitation d’un membre parlez de légèreté, orientez votre voix dans les aigües. 
  • Pour provoquer la lourdeur d’un membre, parlez de lourdeur. Orientez votre voix dans les graves et donnez vos suggestions sur les expirations.

Liste non-exhaustive des phénomènes hypnotiques

Retenez que le présupposé d’un « phénomène hypnotique » réside dans le titre: « Pour que ça devienne un phénomène il est nécessaire d’être en présence d’hypnose ».

  • Hypnose partielle.
  • Mouvements subtils involontaires.
  • Actions musculaires motrices involontaires.
  • Lévitation des bras, lévitation des jambes.
  • Lourdeur des bras, lourdeur des jambes.
  • Perturbations de l’équilibre.
  • Contractures.
  • Léthargie.
  • Perturbations sensorielles (différence de sensations gauche, droite, vision, goût). 
  • Sensations modifiées ou supprimées (analgésie ou anesthésie).
  • Modifications physiologiques.
  • Hyperesthésie (auditive, visuelle, sensorielle…).
  • Perturbations du langage.
  • Incohérence mentale.
  • Ultra cohérence mentale.
  • Modifications psychologiques (rire provoqué, tristesse, euphorie, lassitude, ennui).
  • Dépersonnalisation.
  • Rêves retrouvés ou provoqués.
  • Suggestions post-hypnotiques.

Description des phénomènes hypnotiques

Hypnose partielle : Seulement une main, le corps mais pas la tête, la tête mais pas le corps, le corps mais pas la langue, …

Mouvements subtils involontaires : Le corps se balance, mouvement de pendule, des tics, des secousses, …

Actions musculaires involontaires : Fermeture des paupières, fermeture de la main, grimaces, catalepsie d’un membre, …

Actions motrices involontaires : Marche ou course forcée, répulsion, attraction, écriture automatique, tirer la langue, mains tournantes, applaudissements incessants, …

Lévitation : De la main, de la jambe, d’un membre, …

Lourdeur : D’un bras, d’une main, d’une jambe, du corps entier, …

Perturbations d’équilibre : Debout, assis, en se déplaçant.

Contracture : Des mains, des paupières, de la mâchoire, de l’ensemble du corps, …

Impossibilités : D’ouvrir une main, de fermer un poing, de plier les jambes, de fermer la bouche, d’ouvrir la bouche, de soulever une feuille en papier, de dire son prénom, de prononcer un mot, … La personne est dans l’incapacité de réaliser une action tant que l’opérateur ne l’y autorise pas. Plus elle essaie et moins elle y arrive.

Léthargie : Le sujet n’a plus de force, impossibilité de se lever, de bouger, …

Perturbations sensorielles : Vision, audition, goût, odeur, sensations amplifiées ou réduites, voire complètement supprimées, analgésie, anesthésie, …

Modifications physiologiques : Pouls, rougeur, chaleur et froid (dans une main, dans un doigt), salivation excessive, sudation excessive, hypercicatrisation, …

Modifications psychologiques : La personne rit à ne plus pouvoir s’arrêter, éprouve une tristesse profonde,  de la lassitude, etc.

Hallucinations : Goût de citron, d’une pomme (alors que la personne croque un oignon et inversement), du vin (en buvant de l’eau et vice-versa), sucer son pouce en imaginant qu’il suce une glace, sentir une odeur brûlée, un parfum, de l’ammoniaque, entendre une lettre à la place de l’autre, écouter de la musique, entendre péter à la place d’un mot, confondre des couleurs, positive (voir quelque chose qui n’existe pas) et négative, etc. 

Perturbations du langage : Impossibilité de parler, bégaiement provoqué, parler en bababiblou, parler en omettant une lettre, parler comme en rêve, parler d’autres langues, …

Ultra-cohérence mentale : Calcul mental, mémoire prodigieuse, lucidité, futurisation, …

Incohérence mentale : La personne ne sait plus compter, elle ne sait pas où elle se trouve, ne reconnaît plus certaines choses, …

Dépersonnalisation : Le sujet se prend pour un chef d’orchestre, un martien, un médecin, un animal… 

Suggestions post hypnotiques : Créer un phénomène et le reproduire à un moment donné, par exemple, se lever de son siège si la personne entend un gong.

Actes imposés : Danser, chanter, réciter, remettre un objet, etc.

L’Induction hypnotique classique 

"L’arbre tombe, du côté où il penche" - Sebastián López

Une induction hypnotique est le chemin qui permet d’atteindre un état de conscience modifié. En Hypnose Ericksonienne comme en Nouvelle Hypnose, le langage est élaboré, permissif et non autoritaire, alors qu’en Hypnose Classique ou Traditionnelle le langage est directif, les suggestions se font à l’impératif pour donner l’impression qu’il n’existe aucun doute au sujet de l’hypnose et que le phénomène se réalisera.

Si la transe hypnotique (hypnose) représente l’état modifié de conscience (EMC) à atteindre, l’induction est l’ensemble des processus qui mènent vers l’hypnose.

Comme le résume Olivier Lockert dans son livre HYPNOSE (Editions IFHE) :

Dans le moment merveilleux qui vous fait basculer d’un état vigile à un autre différent, il se passe essentiellement deux choses :

  • L’hypnotiseur est certain de réussir, sa certitude est telle qu’elle donne à sa technique une autorité et une efficacité irrésistibles.
  • L’hypnotisé attend qu’il se passe quelque chose !

Les deux conditions étant remplies, le phénomène se produit alors de lui-même… 

Méthodes Classiques d’induction hypnotique

Le crâne de verre - Dominique Webb

Dominique WEBB est un hypnotiseur français, il s’est fait connaître du grand public par ses interventions à la télévision où les participants finissaient par se déshabiller (c’est à cause de ça qu’une de ses émissions a été brutalement déprogrammée). Son induction « le crâne de cristal » est un classique de l’hypnose traditionnelle.

Je demande au patient de fermer les yeux lui-même et j’appuie mon index sur le sommet de son crâne. Je lui suggère alors d’imaginer que le haut de son crâne est en verre et qu’il peut voir mon doigt au travers. C’est une convention établie !

J’appuie fortement le doigt sur le crâne et impose les suggestions suivantes :

  • Vous sentez la pression exercée par mon doigt sur le sommet de votre tête. Comme le sommet de vote tête est en verre, vous pouvez voir l’extrémité de mon doigt appuyer sur votre crâne…
  • Fixez bien mon doigt au dessous de vous... fixez bien mon doigt au dessous de vous... Fixez-le intensément par l’intérieur... et plus vous fixez intensément mon doigt... plus vos paupières se collent... 
  • Vos paupières sont hermétiquement closes, vous n’avez aucune envie de les ouvrir, plus vous essayez et moins vous le pouvez... ne tentez pas de les ouvrir et dormez... dormez profondément.

Cette méthode simple repose sur l’autorité de l’opérateur. Si je réalise que le sujet ne répond pas à la méthode employée, j’enchaîne sans interruption par une autre technique d’induction.

Le serrement de la main - Dave Elman

Dave Elman est connu pour ses travaux au sujet de l’hypnose et par ses techniques d’induction « imparables », car elles facilitent l’entrée en transe et une relation de collaboration avec le sujet. Elman a été longtemps la chèvre noire de Milton H. Erickson, car ce dernier, pendant une très longue partie de sa vie, ne concevait pas qu’un non-médecin puisse pratiquer l’hypnose. Dans ce sens, le travail d’Elman est exceptionnel et inspirant : Il a su rendre l’hypnose accessible au plus grand nombre.

La technique

Après avoir pris la main du sujet, l’hypnotiseur l’ avertit qu’il va la lui serrer trois fois...

  • Au premier serrement, affirme-t-il, vous sentirez vos paupières devenir lourdes, vous le laisserez devenir lourdes.
  • Au deuxième serrement vos paupières auront envie de se fermer, vous les laisserez se fermer.
  • Au troisième serrement vos paupières seront complètement fermées, les muscles qui les entourent seront complémentent détendus, vous n’aurez plus envie de les ouvrir.

Dès qu’il s’est produit ce qu’il avait précédemment annoncé, l’opérateur poursuit :

  • Relaxez les muscles qui entourent vos yeux, faites comme si vous ne pouvez pas ouvrir les yeux, faites comme si vous ne vouliez pas ouvrir les yeux, comme si tous les muscles qui entourent vos yeux étaient fatigués, détendus.
  • Vous allez pouvoir tester maintenant à quel point il vous est impossible d’ouvrir les yeux. Vous allez essayer de les ouvrir, et vous constaterez, ce faisant, que plus vous essayez de les ouvrir, plus il restent fermés, plus vos paupières deviennent lourdes.
  • N’essayez plus de les ouvrir. Cette relaxation de vos yeux va maintenant descendre d’un seul coup dans tout votre corps jusqu’au bout de vos orteils; tout votre corps est détendu, relaxé.

Il s’agit d’une technique semi-rapide. La communication non verbale (prise de la main du sujet dans un geste familier et sécurisant) joue un rôle important.

L’approfondissement de la transe

En Hypnose Classique le sujet passe d’un état de veille à un état d’hypnose profonde à mesure que son vécu hypnotique augmente. Ce n’est pas toujours le cas pour les autres formes d’hypnose ! 

L’hypnose atteinte… Et maintenant ?

L’induction est le chemin qui mène à la transe hypnotique. Une fois votre sujet en état d’hypnose, plusieurs choix sont possibles : 

  1. Approfondir l’état d’hypnose : emmener la personne vers davantage d’hypnose, comme un poisson qui cherche à plonger dans les profondeurs de l’océan.
  2. Mise en place d’un phénomène hypnotique : lévitation d’un membre, catalepsie provoquée, analgésie (réduction du signal de la douleur), anesthésie (absence de sensations et disparition totale de la douleur), amnésie (oublier un nombre, une lettre), distorsion du temps (une minute interminable ou 30 minutes qui passent comme un claquement des doigts), etc.
  3. Mise en place d’un processus : protocole thérapeutique, suggestions de confort (renforcement du soi, suggestions post-hypnotiques, langage non spécifique (Milton Model), etc.)
  4. Sortie de la transe hypnotique : comme un jeu qui voit sa fin arriver.

Idées clés sur la profondeur de l’hypnose

La profondeur de la transe n’est pas proportionnelle à l’efficacité du protocole thérapeutique. De ce fait il est possible de réussir un travail thérapeutique dans un état d’hypnose très légère, de la même façon qu’il est possible de rater un protocole thérapeutique même dans un état d’hypnose profonde.

Bon à savoir : Soyez attentifs, une hypnose légère n’est pas synonyme d’absence de transe ! Pourtant, pour que la magie de l’hypnose agisse et apporte son lot de réconfort, il est nécessaire qu’une réelle transe hypnotique soit établie, le contraire s’assimile à une conversation avec les yeux fermés.

Exemples de séances d’Hypnose Classique

Séance d’hypnose - Dave Elman

  • Vous êtes prêt à être hypnotisé ? Toute hypnose est de l’auto-hypnose. Si vous respectez tout simplement mes instructions, aucune force sur terre ne pourra vous empêcher d’être hypnotisé. Vous pouvez résister si vous le souhaitez, mais vous n’êtes pas ici pour cela. Suivez simplement mes instructions et vous allez bientôt apprécier une expérience relaxante et très agréable. Laissez vos bras posés le long de vos cuisses de cette manière.
  • À présent, je veux que vous regardiez ma main et que vous fixiez mon petit doigt des yeux. Je vais bientôt vous demander de prendre une grande respiration, profondément, et de la retenir pendant quelques secondes. Je passerai alors ma main devant vos yeux et à cet instant, vous allez commencer à libérer votre respiration tout en gardant vos yeux fixés sur mon petit doigt. Au moment où je passerai ma main, cela fera en sorte que vos paupières se ferment. 
  • Maintenant, prenez une grande respiration, profondément, et retenez-la un instant. Je passe maintenant la main devant vos yeux, et pendant que je le fais, laissez vos paupières se fermer, abandonnant toute tension à la surface du corps. Laissez juste votre corps se détendre autant que possible, maintenant.
  • À présent, concentrez votre attention sur vos muscles, et détendez chaque muscle et chaque nerf à l’intérieur et autour de vos yeux, jusqu’à ce qu’ils ne fonctionnent plus. Quand vous êtes certain qu’ils sont tellement détendus, que tant que se poursuit cet état de détente, ils ne fonctionnent pas, je veux que vous vous accrochiez à cet état de détente et que vous les mettiez à l’épreuve, pour vous assurer qu’ils ne fonctionnent pas. Parfait, très bien, n’essayez plus et détendez-vous simplement, descendez plus profondément, à chaque expiration vous vous détendez plus profondément.
  • L’état de détente dans lequel se trouvent vos yeux est de la même qualité que l’état de détente que je veux que vous ayez dans tout votre corps. Laissez juste cette bonne qualité de détente se diffuser à travers votre corps, du sommet de votre crâne jusqu’au bout de vos orteils.
  • Vous pouvez approfondir cet état de détente encore davantage. Dans un instant, je vais vous faire ouvrir et fermer les yeux. Au moment où vous fermez les yeux, c’est votre signal pour laisser cette sensation de détente devenir 10 fois plus profonde. Tout ce que vous avez à faire c’est de vouloir que cela se passe, et vous pouvez faire en sorte que cela se passe facilement.
  • OK, maintenant, ouvrez les yeux… À présent, fermez les yeux et ressentez la façon dont cet état de détente se diffuse à travers votre corps tout entier, vous emmène beaucoup plus profondément. Utilisez votre imagination formidable et imaginez que votre corps tout entier est enveloppé dans une couverture de relaxation toute pleine de chaleur.
  • À présent, nous pouvons approfondir un peu plus cette détente. Dans un instant, je vais vous faire ouvrir et fermer les yeux une fois de plus. Encore une fois, quand vous fermerez les yeux, multipliez par deux l’état de détente dans lequel vous vous trouvez. Rendez-le deux fois plus profond.
  • OK, une fois de plus, ouvrez les yeux… Maintenant fermez les yeux, et multipliez votre sensation de détente par deux... Bien. Laissez chaque muscle de votre corps devenir si détendu que tant que vous vous maintenez dans cet état de détente, aucun muscle de votre corps ne peut fonctionner. 
  • Dans un instant, je vais soulever votre main droite et la prenant par le poignet puis je vais la lâcher. Si vous avez suivi mes instructions jusque-là, cette main sera tellement détendue qu’elle sera juste aussi molle et relâchée qu’un chiffon humide et elle retombera toute seule. Quand votre main aura touché votre corps je veux que vous diffusiez une vague de détente du sommet de votre crâne jusqu’au bout de vos orteils. Je vais maintenant soulever votre main droite. Laissez-la juste se suspendre et retomber au moment où je la lâche. Plus profondément détendu... c’est bien, comme ça !
  • Maintenant, nous allons le refaire avec votre main gauche. Je soulève votre main, laissez-la pendre librement, aussi molle et relâchée qu’un chiffon humide. Laissez-la retomber au moment où je la lâche. Quand votre main touche votre corps, imaginez des vagues de détente du sommet de votre crâne jusqu’au bout des vos orteils et multipliez par deux votre niveau de relaxation. Laissez-la juste pendre et retomber au moment où je la lâche. Plus profondément détendu… De plus en plus profondément détendu.
  • Maintenant, c’est la détente totale. Je veux que vous sachiez qu’il existe deux manières pour une personne de se détendre. Vous pouvez vous détendre physiquement et vous pouvez vous détendre mentalement. Vous avez déjà la preuve que vous pouvez vous détendre physiquement. A présent je vais vous montrer comment vous détendre mentalement. Dans un instant, je vais vous demander de commencer à compter lentement à rebours, à voix haute, en commençant à 100, comme cela :100 plus profondément détendu, 99 plus profondément détendu, 98 plus profondément détendu…
  • Le secret pour vous détendre mentalement, c’est : à chaque chiffre que vous prononcez, doublez votre niveau de détente. À chaque chiffre que vous prononcez, laissez votre esprit devenir deux fois plus détendu. Si vous faites ainsi, quand vous atteindrez le chiffre 96, ou peut-être même avant, votre esprit sera devenu si détendu que vous aurez laissé filer tous les chiffres qui suivent. Dans votre esprit, il n’y aura plus aucun chiffre. 
    • 100 plus profondément détendu… Ces chiffres s’en vont si vous voulez qu’ils partent…
    • 99 plus profondément détendu… Permettez à ces chiffres de juste s’en aller…
    • 98 plus profondément détendu… Maintenant, ils vont partir… Dispersez-les…
    • 97 plus profondément détendu… Bannissez-les, expulsez-les hors de vous. Faites-le ! Une amnésie totale de tous ces chiffres, complètement. Ils sont tous partis ? Bien. 
  • Je sais à quel point vous êtes détendu. Mais même dans votre état de détente je parie qu’il existe dans votre esprit un état de détente, au-delà de celui dans lequel vous vous trouvez. Vous pouvez le sentir? Vous savez que vous pouvez serrer le poing, et le rendre de plus en plus serré. Et de plus en plus serré, et vous pouvez appeler cela le sommet de la tension. Vous pouvez détendre le même poing, jusqu’à ce que vous ne puissiez plus le détendre davantage. Vous pouvez appeler cela le sous-sol de la détente. 
  • Je vais essayer de vous faire descendre jusqu’au sous-sol. Pour descendre à l’étage A, vous devez vous détendre deux fois plus que votre état de détente actuel. Pour descendre à l’étage B, vous devez vous détendre deux fois plus qu’à l’étage A. Et pour accéder à l’étage C, Vous devez vous détendre deux fois plus qu’à l’étage B. Mais quand vous arriverez à l’étage C, c’est le sous-sol de votre détente, et à cet endroit vous montrerez des signes qui me permettront de dire que vous êtes au sous-sol. Vous ne savez pas quels sont ces signes, et je ne vais pas vous le dire, mais toute personne qui a jamais atteint le sous-sol de la détente a montré ses signes… Allons-y !
  • Vous descendrez à l’étage A dans un ascenseur imaginaire et vous utiliserez le même ascenseur pour descendre au sol de la détente. Vous êtes à présent dans cet ascenseur. Quand je claque des doigts, cet ascenseur commence à descendre. Si vous vous détendez deux fois plus que vous n’êtes détendu jusque-là, vous descendrez à l’étage A. Signalez-moi quand vous êtes à l’étage A en prononçant la lettre A à voix haute.
    • Claquer des doigts : L’ascenseur commence à descendre… maintenant ! (attendre une réponse).
    • Claquer des doigts : Il continue sa descente à l’étage B… maintenant ! (attendre une réponse). Claquer des doigts, puis attendre et observer les signes d’approfondissement (ne pas attendre de réponse de la part du sujet).

TEST 1, anesthésie

Quand vous êtes certain que le sujet est à l’étage C, sans donner de suggestion de quelque sorte pour une anesthésie, prendre une paire de « pinces à clamper » ou de « pinces crocodile », et faire un test pour vérifier la mise en place d’une anesthésie.  Faites attention à ne pas utiliser des mots ou suggestions pour cela, s’il est nécessaire d’ajouter des suggestions pour produire une anesthésie, c’est certainement que vous n’avez pas obtenu d’état comateux. 

TEST 2, bouger un bras ou une jambe

Demandez-lui d’essayer de faire bouger un groupe de muscles importants tels qu’un bras ou une jambe. Si votre sujet n’est pas capable de faire bouger de grands muscles, c’est la preuve qu’il est prêt pour le troisième test.

TEST 3, ouvrir les yeux

C’est un exercice qui implique un petit groupe de muscles (ceux entourant les yeux). Demandez-lui d’essayer d’ouvrir les yeux. S’il le fait, c’est qu’il n’est pas en état somnambulique. Vous devrez alors le faire descendre encore plus bas (utiliser la technique de l’ascenseur à nouveau). 

Recommencez les exercices et vérifiez par la suite que les muscles des yeux ne puissent plus s’ouvrir. En état semi-somnambulique, quand le sujet essaie d’ouvrir les yeux, vous verrez un mouvement des muscles, même si les yeux ne s’ouvrent pas. Mais quand le sujet est pleinement dans un état somnambulique, tous les muscles autour des yeux arrêtent de fonctionner et vous ne percevrez « aucun » mouvement.

TEST 4, catatonie

Gardez bien en tête que la catatonie peut-être obtenue dans un état d’hypnose plus léger. Par conséquent, cela ne veut rien dire, à moins qu’il ne s’agisse du quatrième test que vous faites, dans cet état somnambulique. Lorsqu’un sujet réussit chacun de ces quatre test dans l’ordre exact, vous pouvez être certain que vous avez obtenu un vrai somnambulisme hypnotique, et vous pouvez poursuivre à partir de là. Dans vos test sur la catatonie, vous ne devez faire aucune suggestion. La catatonie doit survenir d’elle-même, sans la moindre suggestion. 

A retenir :

  • Ne passez pas à un autre test tant que le sujet n’a pas réussi le test en cours.
  • Ne faites pas le test 2 tant que le sujet n’a pas réussi le test 1.
  • Ne faites pas le 3 trois, tant que le sujet n’a pas réussi le test 2.

Le réveil hypnotique

Souvenez-vous, il est impossible de rester en état d’hypnose à vie ! Au bout d’un certain temps le retour vers un état de veille se fait de lui-même… Cependant, il est important de faire revenir vos sujets en nettoyant les suggestions inutiles et en veillant que le retour dans l’ici et le maintenant se réalise dans les meilleures conditions.

Techniques de réveil hypnotique

Par suggestion directe : Dans quelques instants, quand je vous le dirais, vous reviendrez bien ici et maintenant, bien à tous les niveaux et sur tout point de vue…

En comptant  : Du chiffre 5 au chiffre 1, de 3 à 1, de 10 à 1…

  • Dans quelques instants je vais compter du chiffre 5 au chiffre 1, et quand je dirai le chiffre 1 vous vous réveillerez bien ici et maintenant, frais et bien à tous les niveaux…
  • Je vais compter de 1 à 3 et au chiffre 3 vous serez bien revenu, bien, résolument bien.

Phénomène de persuasion  : Claquer les doigts ou toucher, comme dans l’exemple suivant : 

  • Bientôt, quand je vous toucherai comme ça, à l’épaule, vous reviendrez ici et maintenant…

Par sensation : Souffler sur les visage, en plaçant une serviette mouillée sur le front du sujet, etc…

Suggestions post-hypnotiques :

  • Bientôt je vais compter jusqu’au chiffre trois et quand je dirai trois à nouveau, vous reviendrez bien ici et maintenant, alors que votre esprit profond peut continuer à travailler sur tout ça pour vous, d’une manière dont vous ne pouvez pas soupçonner, pour votre bénéfice personnel et d'une façon qui vous soit profitable…

Fin du cours

À la fin de cette semaine de formation, les élèves ont appris à hypnotiser, developper des phénomènes hypnotiques, approfondir l'état d'hypnose et développer des phénomènes hypnotiques à la demande.